Pourquoi et comment Visiter le musée Anne Frank à Amsterdam ?

“Je vais pouvoir, j’espère, te confier toute sortes de choses, comme je n’ai encore pu le faire à personne, et j’espère que tu me seras d’un grand soutien”. C’est par ces mots écrits le jour de son treizième anniversaire que commence le célèbre journal d’Anne Frank.

La jeune allemande, juive, ne le savait pas encore mais son journal intime allait devenir plus tard le témoignage la plus connue de la persécution des Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale.

La visite du musée Anne Frank

Sa maison est l’un de ces endroits où l’émotion est palpable. Un lieu où la vie est restée figée le 4 août 1944, date de la découverte par les services de sécurité de la police allemande de la cachette de la famille Frank.

Le cri de la liberté se fait encore ressentir tout au long de la visite du musée. Sans aucun doute, la maison d’Anne Frank fait partie des visites incontournables de la ville d’Amsterdam. C’est même sûrement la visite à ne pas manquer.

L’adresse

Le musée Anne Frank est situé sur la boucle des canaux, non loin du quartier du Jordaan. Il donne sur les canaux de la fameuse rue Prinsengracht. L’adresse exacte est : Westermarkt 20, 1016 GV Amsterdam, Pays-Bas

Où acheter son billet ?

Le billet s’achète sur internet ! Un seul point de vente, le site officiel du musée Anne Frank : annefrank.org. Le musée est le plus visité d’Amsterdam et donc beaucoup de gens font la queue pour entrer. Acheter son billet sur internet permet d’avoir un créneau horaire défini.

Il faut acheter son billet parfois des mois en avance pour avoir la date souhaitée alors ne tardez pas trop pour vous organiser. Si vous n’achetez pas sur internet, vous devrez faire la queue durant plusieurs heures dehors et vous ne serez pas sûr de pouvoir visiter le musée.

L’histoire d’Anne Frank

La famille Frank avant de vivre cachée

Anne Frank est née dans une riche famille juive de Francfort, en Allemagne. Compte tenu du développement du nazisme à la fin des années 30 et des persécutions contre les Juifs, Otto Frank, son père, a tenté, avec sa famille, de fuir à plusieurs reprises.

Avant le début de la guerre, il a émigré à Amsterdam, où il a fondé son entreprise. Avec l’invasion allemande des Pays-Bas, il a tenté de fuir aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, sans succès.

A défaut de pouvoir s’échapper loin, il a décidé de préparer une cachette pour sa famille, dans Amsterdam. Cette cachette est localisée dans des pièces au-dessus et à l’arrière des bureaux de la société d’Otto, le père d’Anne Frank. une sorte d’annexe.

La vie dans l’Annexe, arrestation et déportation

La famille s’installa dans cet endroit début juillet 1942. Au total, huit personnes vinrent se cacher dans l’Annexe que décrit la jeune fille juive dans son journal intime : la famille d’Anne Frank ainsi que 4 autres personnes. Il y vécurent 2 ans jusqu’à leur arrestation et leur déportation dans des camps de concentration.

Faire vivre le journal d’Anne Frank

De ces camps de la mort, seul le père d’Anne, Otto Frank revint vivant. Son père contribua beaucoup à faire publier le journal de sa fille.

Durant son isolement dans l’Annexe pour fuire le nazisme, Anne Frank s’est en effet d’abord attachée à écrire pour elle : ses croyances, ses ambitions mais aussi sa peur de vivre cachée.

Puis dès 1944, avant son arrestation, ayant entendue à la radio le ministre de l’Éducation du gouvernement néerlandais dire que les témoignages de persécutions seraient rassemblés et publiés, elle voulut écrire pour que les autres sachent, allant chercher d’autres souvenirs au fond de sa mémoire.

Elle mourut sûrement mi-février 1945 dans le camp de Bergen-Belsen.

Nous serons heureux de connaître votre avis

      Laisser un commentaire

      NewsFlow 24